Projets Les debuts

Projets Les débuts

L’exposition Les débuts est l’aboutissement de quatre projets étalés sur une période de plus de deux ans (2014-2016). The Prophet, John, La conférence et Les débuts sont le résultat d’une première collaboration avec mon ami John que j’ai rencontré en septembre 2014. Durant les deux années qui suivirent, les épreuves que celui-ci a vécues m’ont habité grandement. J’étais prêt à tout pour le supporter dans ce qu’il traversait, mais une question demeurait: que pouvions-nous faire de plus? Nous étions tous deux confrontés au sentiment d’impuissance et il y avait une urgence de faire quelque chose ensemble. Ce lien amical a façonné ces projets qui initialement ont été réalisés de façon indépendante, et qui se sont avérés indissociables.

 

The Prophet

Ce premier projet est né de notre affection pour Khalil Gibran et son histoire personnelle. Avec The Prophet, nous souhaitions avant tout faire écho de la traduction de la langue, telle une rencontre entre l’Orient et l’Occident, qui est à l’image de l’itinéraire de la vie de l’auteur [1]. L’idée fut donc que je retranscrive le livre Le Prophète intégralement dans la langue originale en anglais, ainsi qu’en arabe en les disposant côte à côte sur un même papier. En ajoutant une traduction dans la langue natale de l’auteur, nous voulions ainsi créer un retour à la culture islamique qui est à l’origine de ce livre.

Le défi de retranscrire en arabe était immense, car ne connaissant pas cette calligraphie, j’ai dû littéralement apprendre à écrire. C’est-à-dire, contrôler chacun des mouvements de ma main afin de concilier les règles de l’écriture avec la beauté du geste. C’était ma façon d’échapper au sentiment d’impuissance que de m’engager physiquement dans un tel labeur. À l’autre bout de la planète, John en expédition sur la « Kokoda Trail » vivait sa propre épreuve, tandis que de mon côté je retranscrivais désespérément. Et comme le personnage principal du livre doit quitter son village pour un long voyage qu’il doit entreprendre, John commençait aussi le sien.

Plus de douze mois de travail ont été nécessaires afin de créer The Prophet. Dans ce projet, les 26 faces du rhombicuboctaèdre [2] au centre de la composition représentent les 26 chapitres du livre. Pour écrire son œuvre Gibran s’est inspiré du soufisme, qui désigne l’ésotérisme de la tradition islamique. Ce mot viendrait en fait de l’arabe « safa » ou « safw », qui signifie « pureté cristalline ». Par conséquent, j’ai intégré cette forme complexe rappelant celle d’un diamant au centre de la composition afin d’évoquer à une seule image les inspirations de l’auteur.

 

John, La conférence et Les débuts

Le projet John s’est développé en trois parties: l’effacement, la retranscription et l’enfouissement. Le premier élément est un papier de lin sur lequel j’ai d’abord appliqué du graphite et ensuite effacé à répétition pendant plus de six mois, jusqu’en dissoudre chaque gomme à effacer que j’ai précieusement conservée. Ces deux actions ont été exécutées tout au long du traitement de John [3]. Dans l’espace de la galerie, ces restes de gommes à effacer seront disposés sur le sol en un tas. Il s’agit en quelque sorte d’une matérialisation de la durée des traitements de John et aussi la trace de mes efforts. Effacer, frotter au point de tout faire disparaître. Aussi, j’ai fait une grande incision sur le papier qui a été ensuite réparée par une restauratrice en œuvres d’art. Il s’agissait de marquer le moment important de l’opération de John en février 2016. Ce que le corps de John subissait, le papier aussi devait le subir.

Le deuxième élément de ce projet intitulé La conférence a été de retranscrire une conférence sur la physique que John m’avait partagée au retour de son expédition. Elle traite de la notion de conscience dans le domaine de la physique quantique [4] et tisse des liens importants avec l’œuvre de Gibran. C’est pourquoi il m’a apparu évident de l’utiliser puisque cette partie du projet faisait ainsi écho à The Prophet. La façon dont parle Gibran de « la Vie » embrasse cette possibilité d’une conscience fondamentale et intrinsèque à tout élément physique dont énonce le scientifique Chris Field dans cette conférence.

Le dernier élément du projet s’intitule Les débuts, il s’agit d’un message que j’ai écrit pour John quelques jours après son décès et que j’ai recouvert de 24 couches de graphite. Au-dessus du message, j’ai dessiné aussi deux volumes, un tétraèdre et un icosaèdre [5], qui renvoient à l’étape de l’effacement ; à la chaleur engendrée par la friction, mais aussi aux sueurs qui tombaient sur le papier par effort. Après avoir couvert le tout, j’ai fait des petits trous à l’aide d’une aiguille sur le papier noirci pendant six mois, ce qui a fait apparaître des éclats insoupçonnés : recouvrir sans plus ne jamais effacer, accepter la surface noire et faire des trous afin que la lumière passe.

L’exposition Les débuts retrace ainsi à travers les projets The Prophet, John, La conférence et Les début divers commencements qui ont eu lieu durant les trois dernières années passées avec John.

 

[1]Né au Liban, Gibran a écrit ses premiers textes en arabe, mais son livre le plus célèbre sera rédigé en anglais. Le Prophète, qui lui aura pris dix ans à écrire, est encore aujourd’hui le deuxième livre le plus lu dans le monde entier, le premier étant La Bible. Émigré très jeune aux États-Unis, il retourna ensuite au Liban afin d’y étudier la culture arabe.

[2] Solide d’Archimède composé de 26 surfaces planes.

[3]Durant chacun de ses traitements, j’ai procédé à trois noircissements et effacements en liens aux trois médicaments qu’il recevait, le tout nécessitant plus de quatre heures à chaque fois. John avait 36 ans à ce moment, soit un an de plus que moi. Il était atteint d’un cancer du péritoine.

[4] What can physics tell us about consciousness, Chris Field. https://www.youtube.com/watch?v=Apds8KbtMr8

[5] Deux des solides de Platon représentant les éléments du feu et de l’eau.

Les restes

2015- 2016 Graphite et effaces. Le projet John s’est élaboré en deux étapes : l’effacement et la retranscription. L’élément central est un papier

John

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

John (verso)

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

John (détail)

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

John

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

The Prophet (détail)

2014-2015 Crayon à l’encre 0.05 sur papier et The Prophet par Kahlil Gibran (anglais et arabe) (61.5cm x 47cm) Ce projet consiste en une

The Prophet

2014-2015 Crayon à l’encre 0.05 sur papier et The Prophet par Kahlil Gibran (anglais et arabe) (61.5cm x 47cm) Ce projet consiste en une