Projet Echo

Projet Écho

 

Mon intérêt pour l’alchimie et la physique contemporaine m’a amené à me questionner sur la place qu’occupe la science en art. Quelle influence un artiste actuel peut-il avoir sur les domaines scientifiques et vice versa ?

Plus précisément, l’exposition Écho a comme point de départ certains textes hermétiques et gnostiques du 1er millénaire. L’objectif est de créer un rapprochement entre l’alchimie et les plus récentes découvertes en physique. En juxtaposant le passé au présent comme je l’ai fait auparavant dans mon travail des retranscriptions des textes fondateurs, des corrélations ont commencé à émerger. Certains principes philosophiques écrits par des alchimistes il y a plus de 1500 ans sur la nature de la réalité et du temps, semblent avoir préfiguré la révolution quantique du début du 20e siècle[1] et la découverte en 2012 du Boson de Higgs[2].

En me basant entre autres sur le texte de la Table d’émeraude[3], je travaille en ce moment sur neuf œuvres, dont une vidéo et une sculpture. Je superpose des symboles et images de l’iconographie alchimique à des textes scientifiques, équations mathématiques, diagrammes et formes géométriques. Je cherche à les mettre en relation visuellement, mais aussi à générer des collisions entre leur signification propre.

À titre d’exemple, l’œuvre Transmutation se penche sur le principe qui veut que « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » cité dans la Table d’émeraude. Pour cette œuvre, j’ai regroupé l’ensemble des équations de la relativité générale d’Einstein dans le haut de la composition représentant le macrocosme, et dans le bas toutes celles de Heisenberg et Schrödinger représentant le microcosme, c’est-à-dire le monde quantique. Einstein a passé la majeure partie de sa vie à vouloir réunir ces deux grandes théories, mais sans succès. Encore aujourd’hui l’objectif principal de la physique est de résoudre cet écart, de trouver le chainon manquant, l’équation unificatrice. Cette quête de l’unification remonte au temps de l’alchimie et renvoie à cette volonté millénaire de rapprocher le ciel de la terre, le corps de l’esprit. Einstein était à la poursuite du Grand Œuvre, représenté ici par l’étoile, objectif ultime de l’entreprise alchimique[4].

Transmutation et six œuvres abordant d’autres principes de l’alchimie seront accrochés dans la salle d’exposition qui sera plongée dans l’obscurité. Les œuvres illuminées individuellement avec un faisceau direct seront accompagnées d’une vidéo en couleurs projetée sur la totalité d’un mur et d’une sculpture d’un mètre de hauteur posée sur une table au centre de salle. Cet espace sombre rappellera les laboratoires obscurs des alchimistes du Moyen-Âge.

La vidéo intitulée LHC sera filmée à 120 images secondes dans une mine désaffectée. On pourra y voir des livres entrer en collision au ralenti après avoir été projetés les uns contre les autres, et se détruire laissant leurs pages s’entremêler et s’envoler. Dans la tradition gnostique, tout ce que nous identifions comme la réalité est une forme de langage codé. Ces collisions renvoient ici à celles qui se déroulent dans le Grand Collisionneur de hadrons aux laboratoires du CERN[5]. Les particules accélérées à la vitesse de la lumière puis fracassées ensemble sont comme ces livres ; leurs pages éparses créer de nouvelles lectures, des livres inédits, comme autant de nouvelles particules générées dans ces laboratoires.

La sculpture Coincidentia Oppositorum[6], prendra place au centre de la galerie sur une table dont la surface sera un miroir. En travaillant à partir d’une grande quantité de billes de verres de la dimension de grains de sable, je vais créer un volume géométrique paradoxal basé sur un dessin de l’artiste Oscar Reutersvard, dans le but de réaliser une nouvelle version de l’hermaphrodite (image 10 pour un exemple d’un dessin de Reutersvard dans l’une de mes œuvres). Chaque bille de verre représentera un graviton, cette particule élémentaire hypothétique qui transmettrait la gravité. Cette théorie de la gravité quantique est encore une fois une tentative de réunir les deux grandes théories en physique.

Cette exposition se veut comme un laboratoire dans lequel se trouveront les résultats de mes expérimentations et investigations à tenter de faire cohabiter les représentations symboliques du passé et du présent. L’imagerie qui s’en dégagera sera comme une relecture des grands thèmes et principes alchimiques qui sont actuels encore aujourd’hui, mais aussi comme une tentative de recréer une nouvelle forme de langage hermétique qui nous rapportera aux sources de la science.

 

[1] La Révolution quantique est une révolution scientifique apportée par la découverte de la physique quantique. Elle trouve son origine dans les travaux de Max Planck sur le rayonnement du corps noir en 1900. Cette révolution implique l’abandon de l’idéal du déterminisme, et a eu des répercussions épistémologiques jusqu’au tréfonds des sciences humaines.

[2] Dans la communauté scientifique, on le surnomme la particule de Dieu. Le boson de Higgs est considéré par les physiciens comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière. Cette particule donne leur masse à toutes les autres particules de notre univers.

[3] Composée d’une douzaine de formules allégoriques et obscures, la Table d’émeraude est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. Elle présente l’enseignement de Hermès Trismégiste, fondateur mythique de l’alchimie, et aurait été retrouvée dans son tombeau.

[4] D’une certaine manière, il cherchait à produire l’or, non comme le résultat d’une transformation purement matérielle d’un métal brut à un état noble, mais bien d’une transmutation de l’esprit, comme le voulaient les alchimistes. Pour eux, la matière et celui qui la manipule étaient indissociables. Ceci est encore vrai aujourd’hui; dans la théorie quantique, le fait de mesurer la position ou la vélocité d’une particule la transforme. L’observateur et la réalité seront toujours aussi intimement liés.

[5] Le CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, a pour vocation la physique fondamentale, la découverte des constituants et des lois de l’univers. Les instruments qu’utilise le CERN sont des accélérateurs et des détecteurs de particules. Les accélérateurs portent des faisceaux de particules à des énergies élevées pour les faire entrer en collision avec d’autres faisceaux ou avec des cibles fixes. Les détecteurs, eux, observent et enregistrent le résultat de ces collisions.

[6] Ce terme, qui est au cœur du projet alchimique, signifie la réunion des opposés et ainsi l’effacement de toute forme de dualité. Pour les alchimistes, l’hermaphrodite assaillant le dragon du bien et du mal était l’image représentant cette union des contraires.

Higgs Boson Blues (détail)

2017 Impression jet d’encre sur papier Moab et gravures

Higgs Boson Blues

2017 Impression jet d’encre sur papier Moab et gravures

Abraxas (détail)

2017 Impression en relief sur plaque d’aluminium

Abraxas

2017 Impression en relief sur plaque d’aluminium

Le Livre Rouge (diptyque) (détail plaque)

2017 Impression sur papier et plaque de cuivre Le Livre Rouge est l’œuvre la plus intimiste de Carl Gustav Jung. Lors d’une entrevue, Jung dit

Le Livre Rouge (diptyque) (détail)

2017 Impression sur papier et plaque de cuivre Le Livre Rouge est l’œuvre la plus intimiste de Carl Gustav Jung. Lors d’une entrevue, Jung dit

Le Livre Rouge (diptyque)

2017 Impression sur papier et plaque de cuivre Le Livre Rouge est l’œuvre la plus intimiste de Carl Gustav Jung. Lors d’une entrevue, Jung dit

Atlas

2015-… Crayon à l’encre 0.05 sur papier et compteur de pointage 540 000\ 1 000 000 points (1.5m de diamètre) Ce projet consiste

Atlas (détail)

2015-… Crayon à l’encre 0.05 sur papier et compteur de pointage 540 000\ 1 000 000 points (1.5m de diamètre) Ce projet consiste

35 Echo

2016 Graphite sur papier et Echo par Christina Rossetti (58cm x 31.5cm) Le poème de Rossetti est répété ici 35 fois.  

35 Echo (détail)

2016 Graphite sur papier et Echo par Christina Rossetti (58cm x 31.5cm) Le poème de Rossetti est répété ici 35 fois.

28 Mon tendre

2016 Crayon graphite sur papier et Mon tendre par Geneviève Desrosiers (65cm x 37.5cm) Le poème de Desrosiers est ici répété 28 fois.

28 Mon tendre (détail)

2016 Crayon graphite sur papier et Mon tendre par Geneviève Desrosiers (65cm x 37.5cm) Le poème de Desrosiers est ici répété 28 fois.

33 Words (détail)

2016 Crayon à l’encre 0.05 sur papier et Words par Sylvia Plath (20.5cm x 14.8cm ) Le poème Words de Sylvia Plath est répété ici 33 fois.

33 Words

2016 Crayon à l’encre 0.05 sur papier et Words par Sylvia Plath (20.5cm x 14.8cm ) Le poème Words de Sylvia Plath est répété ici 33 fois.

48 Sans bout du monde (détail)

2016 Crayon gris sur papier et extrait de Sans bout du monde par Hélène Dorion (69cm de diamètre) L’extrait de Sans bout du monde

48 Sans bout du monde

2016 Crayon gris sur papier et extrait de Sans bout du monde par Hélène Dorion (69cm de diamètre) L’extrait de Sans bout du monde

78 Ophélie (détail)

2016 Crayon à l’encre 0.05 sur papier, Ophélie de Rimbaud (76cm x 45cm) Le poème Ophélie de Rimbaud a été répété ici 78 fois.

78 Ophélie

2016 Crayon à l’encre 0.05 sur papier, Ophélie de Rimbaud (76cm x 45cm) Le poème Ophélie de Rimbaud a été répété ici 78 fois.

Les restes

2015- 2016 Graphite et effaces. Le projet John s’est élaboré en deux étapes : l’effacement et la retranscription. L’élément central est un papier

John

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

John (verso)

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

32 The Tempest (acte 4 scène 1) (détail)

2015 Crayon de bois blanc sur papier et The Tempest de William Shakespeare (anglais) (42cm de diamètre) Un extrait de la pièce La Tempête de

32 The Tempest (acte 4 scène 1)

2015 Crayon de bois blanc sur papier et The Tempest de William Shakespeare (anglais) (42cm de diamètre) Un extrait de la pièce La Tempête de

Atlas (détail)

2015- … (projet en cours) Crayon à l’encre 0.05 sur papier (1.5 m de diamètre) Atlas consiste à faire un million de points avec les

Atlas

2015- … (projet en cours) Crayon à l’encre 0.05 sur papier (1.5 m de diamètre) Atlas consiste à faire un million de points avec les

John (détail)

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

John

2015- … (projet en cours) Graphite sur papier de lin, effaces et retranscriptions de la conférence What can physics tell us about

58 La courbe de tes yeux (détail)

2015 Crayon à l’encre 0.05 sur papier et La courbe de tes yeux par Paul Éluard (43.5cm x 31cm) Ce projet consiste à réécrire à répétions un

58 La courbe de tes yeux

2015 Crayon à l’encre 0.05 sur papier et La courbe de tes yeux par Paul Éluard (43.5cm x 31cm) Ce projet consiste à réécrire à répétions un
12